Comment l'Europe de l'Est récupère-t-elle les industriels déçus par la Chine ?

Un signal faible était apparu : le nombre de bateaux  transportant les marchandises de la Chine vers l’Europe est en baisse constante. Le reflux, initié il y a une dizaine d’années, avait déjà connu une forte accélération en 2019. Le Covid aura porté l’estocade : De très nombreux industriels européens et français, qui avaient investi, pendant des années, dans des structures lourdes de sous-traitance en Chine relocalisent en Europe les uns après les autres.

Pourquoi ce retour en Europe ?

Les causes sont multiples. Examinons-les une à une :

La hausse inexorable des salaires chinois

De Ningbo à Shenzen, en passant par Pékin et Shanghai, les salaires ont considérablement augmenté, au point d’être similaires à ceux du Portugal. Pour conserver un avantage en terme de coût salarial, les donneurs d’ordre sont condamnés à s’expatrier vers des zones reculées de la Chine, ou à tout reconstruire au Vietnam, jusqu’au prochain déménagement.

Une perpétuelle non qualité  

Certes il existe en Chine des usines de très haut niveau en termes de qualité, mais elles sont peu nombreuses. Les dirigeants de toutes les autres confondent le strict respect des spécifications avec un désarmant «nous avons fait de notre mieux ». En conséquence de quoi vous devez mettre en place une structure d’assurance qualité qui augmente singulièrement vos coûts globaux.

« T’as pas dit zip !! » Ou les conséquences d’une communication aléatoire

Avec le décalage horaire, vous disposez seulement de 2 à 3H par jour pour organiser une visio-conférence. Dans les usines compétitives en prix, les anglophones sont peu nombreux, et vous devez compter sur eux pour transmettre des informations clés, à tous ceux qui devraient être autour de la table, comme au plus bas de l’organisation. L’expérience prouve que c’est de la fiction, et il est fréquent de trouver des plans obsolètes sur les postes de travail.

La quantité minimum ? Le container 40 pieds.

Dans de nombreux métiers, le ticket d’entrée démarre au container 40 ‘’. Cette quantité mini a deux effets : Elle augmente beaucoup le stress de la non-conformité à l’ouverture du container, et décourage les entreprise de taille moyenne.

La pression des consommateurs

Entre les vols, les transports en avion, et la fumée des cargos, adieu la certification Iso140001 et la bienveillance des consommateurs !

L’épuisement des donneurs d’ordre

Les vols, le décalage horaire, les prix, la communication, les  non conformités…Tout ceci contribue à épuiser les donneurs d’ordre les plus dynamiques.

C’est pourquoi tout le monde relocalise en Europe: Rossignol en France, Décathlon au Portugal pour ses vélos, etc…

Le retour en France est possible pour des articles à faible valeur ajoutée humaine, et en automatisant tout.

Dans la majorité des cas, une seule solution : L’Europe de l’Est ou le Portugal :

Les usines y sont au top technologique mondial.

Au-delà de la langue, on parle le même langage technique.

Un prototype ? C’est facile !

Une réunion ? c’est facile aussi, à 2H30 d’avion maximum.

La qualité et la gestion des projets est facile à gérer, soit par l’usine elle-même, soit par TechniSourcing

L’empreinte carbone est réduite. Les quantités mini aussi.

Dans bien des cas, aidés par de bons plats et les vins locaux, les partenaires deviennent des amis !

TechniSourcing, votre partenaire en relocalisation.

Created Wednesday 13 January 2021


TOP